: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: Les conducteurs automobiles du CASVP: En grève le 13 mars 2017

jeudi 2 mars 2017

Les conducteurs automobiles du CASVP: En grève le 13 mars 2017




Objet : Préavis de grève

 Madame la Directrice Générale,
Conformément aux dispositions prévues par la loi du 13 juillet 1983 et aux articles L512-2, L 521-6 du Code du Travail relatifs aux modalités de grève dans les services publics, j’ai l’honneur de vous informer que les syndicats FO et SUD déposent pour répondre à la demande des agents qui utilisent un véhicule de service, un préavis de grève pour le lundi 13 mars 2017 de OH à 24 H pour les raisons suivantes :

L’ouverture de négociations suite à la note du 30 janvier 2017 concernant la nouvelle réglementation en matière d’infractions de la route. Ces mesures sont de nature répressives et inacceptables ne prenant en aucun compte leurs problèmes rencontrés au quotidien. Des risques d’accident en cascade, des missions de plus en plus nombreuses, variées, demandées avec une exigence et une célérité de la part de leur hiérarchie sans aucune reconnaissance de leur permis de conduire.

Ainsi, ces personnels exigent le paiement de leur PV, la prise en compte de leurs difficultés qui quelque fois peut se matérialiser par une perte de points et plus grave encore  par un retrait du permis. Le CASVP doit prendre toutes ses responsabilités et les mesures adéquates pour aider les agents qui seraient sanctionnés par ces infractions qui sont la plupart du temps indépendantes de leur volonté. Halte aux mesures comminatoires et à une vraie reconnaissance de leur quotidien !

La reconnaissance de leur métier doit passer par une indemnité de 250€ par mois à l’instar de leurs collègues de la Direction de la propreté et de l’eau (DPE) qui perçoivent cette prime de conduite, égalité de traitement oblige.

Enfin, le paiement de toutes les infractions au code de la route qui peuvent survenir à tout moment et surtout dans un contexte de manque de places de stationnement et d’embouteillage permanent auxquels sont confrontés ces agents et pour lesquels une réelle volonté de reconnaissance par le CASVP ne serait aucunement superflue.                                     
Nous vous assurons, Madame la Directrice Générale, de notre parfaite considération