: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris

vendredi 19 octobre 2018

LE DROIT DE GRÈVE BAFOUÉ FO A GAGNÉ AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF




Le droit de grève est inscrit dans la constitution. Les principes énoncés et les modalités d’application sont clairs. Ce droit ne peut faire l’objet d’aucune autre interprétation.
Le décor ainsi posé, il est important de vous annoncer l’information suivante :

La maire de Paris via une note de service du 15 décembre 2016 réinterprète les modalités d’encadrement du droit de grève dans l’ensemble des services de la ville de Paris et des  administrations annexes en obligeant les agents de se déclarer grévistes au moins 48h avant leur participation personnelle à un mouvement de grève.

Le syndicat FO ville de Paris a immédiatement déposé un recours contre cette décision inique et arbitraire et le tribunal administratif vient en date du 18 octobre 2018 de donner raison à FO.

Ainsi, il est à noter deux revers pour la ville de Paris : d’une part  la note de service du 15 décembre 2016 est annulée et d’autre part la ville de Paris versera la somme de 1500€ au syndicat FO.

CONCLUSION : Lorsqu’une organisation syndicale dépose un préavis de grève, les agents de la ville de Paris et du CASVP n’ont aucune obligation de se déclarer grévistes 48h avant de prendre part à une grève.

UNE VICTOIRE FO
UNE VICTOIRE POUR LES PERSONNELS.

VOTEZ POUR UN TRAVAIL SYNDICAL PÉRENNE
ET NON POUR UN TRAVAIL SYNDICAL À L’INSTANT T.

POUR CES RAISONS,
IL EST IMPORTANT DE NE PAS DISPERSER VOS VOIX.

POUR PROTÉGER VOTRE AVENIR : UN SEUL VOTE UTILE, VOTER FO.          

jeudi 18 octobre 2018

ALLOCATION PRÉVOYANCE SANTÉ (APS) Versée sur la paie de janvier 2019 (De 108€ à 285€)




L’Allocation Prévoyance Santé est une prestation destinée à participer aux frais de couverture complémentaire santé.


Qui peut en bénéficier ?
Afin de pouvoir bénéficier de l’APS, l’agent(e) doit être en activité au 1er janvier 2019 et avoir été présent(e) au moins un mois avant, soit du 1er au 31 décembre 2018.

Peuvent bénéficier de la prestation les agent(e)s ayant quitté le CASVP au 1er janvier 2019 si leur départ intervient durant le mois de décembre 2018, et s’ils (elles) étaient en activité depuis le 1er janvier 2018.

Sous réserve de fournir au préalable à l’administration une copie de leur contrat d’adhésion de protection complémentaire santé, l’APS annuelle est versée, sur la paie du mois de janvier, aux :

  • Titulaires & stagiaires
  • Contractuels de droit privé ou public sous 2 conditions :
  1.   Effectuer un temps de travail supérieur ou égal à un mi-temps
  2. Avoir été recrutés au plus tard le 30 juin 2018 ou avoir effectué un minimum de 6 mois de service ininterrompus durant l’année 2018 
  3.  Contractuels porteurs de handicap, de droit privé ou public sous une condition, effectuer plus d’un mi-temps

  •    Vacataires sous deux conditions :

  1.   Effectuer un temps de travail au moins égal au mi-temps dans l’année civile 
  2.   Avoir été recruté au plus tard le 30 juin 2018
  •    Contrats aidé et apprentis


Sont exclus du dispositif : les vacataires et les contractuel(elle)s effectuant moins du mi-temps ou satisfaisant pas la condition de 6 mois de service ininterrompu, les stagiaires conventionné(e)s, les agent(e)s bénéficiaire de la CMU.

À quelles conditions ?

  •      Être rémunéré(e) sur la base d’un indice brut de rémunération inférieur ou égal à 816, ou avoir une rémunération équivalente à la somme du traitement et de l’indemnité de résidence afférents à cet indice brit. 
  •     Souscrire auprès d’un organisme de prévoyance (mutuelle, assurance, etc) un contrat de protection complémentaire santé, et fournir le justificatif d’adhésion.


Quel est le montant de l’aide ?

  •      285€ nets pour les personnels dont l’indice est inférieur ou égal à 388 (1713,43€)

  •     260€ nets pour les personnels dont l’indice est compris entre 389 et 548 (1718,26€ et 2249,19€)

  •     232€ nets pour les personnels dont l’indice est compris entre 549 et 707 (2254,02€ et 2833,21€)

  •   108€ nets pour les personnels dont l’indice est compris entre 708 et 816 (2833,21€ et 3228,99€)


Comment en bénéficier ?
Les agent(e)s n’ont pas de formulaire de demande à remplir, mais doivent impérativement remettre à leur SLRH leur justificatif d’adhésion de protection complémentaire santé.

Ce justificatif n’est pas demandé aux agent(e)s ayant un précompte de complémentaire santé sur leur fiche de paie ainsi qu’aux bénéficiaires de l’APS mensuelle.

mercredi 17 octobre 2018

ADJOINTS TECHNIQUES AU CASVP NON ! AU BLOCAGE DES CARRIÈRES



 (Lettre adressée à la DG)

Madame la Directrice Générale,

Les adjoints techniques du CASVP ont plusieurs possibilités dans le cadre des promotions au choix, soit d’intégrer le corps des agents de maîtrise, soit d’intégrer le corps des techniciens supérieurs.

Or, une information importante vient de tomber : la direction des ressources humaines de la ville de Paris a fait savoir que les promotions au grade de technicien supérieur ne seraient validées que si des postes sont vacants au CASVP.

Premier étonnement, le grade de technicien supérieur relève d’un corps fusionné des administrations parisiennes.

Deuxième étonnement, aucune directive ou note de service s’appuyant sur un  texte juridique stipule une telle condition pour accéder à cette promotion.

Troisième étonnement, pour mémoire, le CASVP a demandé et notamment aux adjoints administratifs et aux coursiers des établissements placés sous sa responsabilité d’intégrer la filière technique avec pour finalité l’accès au grade de technicien supérieur.

Pour finir, il est à noter que ces agents en toute bonne foi ont acquiescé à votre requête. Seraient-ils maintenant les dindons de la farce et subséquemment les grands perdants de cet assentiment collégial ? On n’ose l’imaginer ! 

Notre organisation syndicale vous demande instamment quelles sont vos intentions réelles concernant le diktat de la DRH de la ville de Paris tout en sachant que vous êtes à l’initiative du passage de ces agents de la filière administrative à la filière technique. Une option qui ne devait en principe poser aucun problème et dont les apports positifs résonnent encore aux oreilles des agents.

Pour ces raisons, nous attendons avec impatience votre réponse à la DRH de la ville de Paris dont l’injonction non étayée juridiquement a semé le trouble et l’incompréhension tout à fait légitimes de ces personnels.
                                              
Je vous prie d’agréer, Madame la Directrice Générale, l’assurance de mes salutations distinguées.

lundi 15 octobre 2018

LES INFIRMIERS ONT-ILS ENCORE UN AVENIR AU CASVP ?




CONCOURS SUR TITRES DE CADRE DE SANTÉ :
«  9 POSTES EN INTERNE ET 1 POSTE EN EXTERNE ».
AU FINAL : 2 LAURÉATS EN EXTERNE.
POUR LE CASVP : l’ASCENSEUR SOCIAL EST-IL UNE UTOPIE ?

 Lettre ouverte à la Direction Générale

Madame la Directrice Générale,

Le CASVP permet aux infirmier(e)s et infirmier(e)s en soins généraux de suivre des parcours diplômants et professionnalisants pour contribuer à leur évolution professionnelle et notamment à la formation des cadres de santé.

À ce titre, chaque année, notre administration organise une procédure de sélection qui comprend deux étapes :

  •     L’examen du dossier administratif de l’agent(e) et la recevabilité de sa demande, 
  •    Un entretien de motivation avec un jury.

Ainsi, les infirmiers qui ont été reçus à l’examen de sélection intègrent l’Institut de Formation des Cadres de Santé (IFCS). À cet égard, les frais de scolarité ainsi que le maintien du traitement de l’agent sont pris en charge par le CASVP.

 En premier lieu, il apparaît que, lors du dernier concours sur titres de cadre de santé paramédical (titre III) ouvert pour 9 postes en interne et 1 poste en externe, les résultats laissent sceptiques et une interrogation de bon sens vient subitement à l’esprit.

 En second lieu, il s’avère que seulement quatre agent(e)s diplômé(e)s ont concouru en interne. Sur ces quatre candidat(e)s aucun(e) n’a été lauréat(e) de ce concours malgré leurs très bons états de services et leur professionnalisme. Ces infirmier(e)s sont pourtant expérimentés et déjà nombre d’entre eux exercent la fonction de cadre au sein de leur établissement.

                                           
Or, ce même concours était ouvert pour 1 poste en externe et l’on constate amèrement que 2 lauréats externes ont été retenus et aucun en interne.

 Au final, force est de constater que les infirmiers du CASVP dont certains d’entre eux remplissent les fonctions de cadre de santé sont gravement pénalisés.

En effet, sur 9 postes ouverts au concours interne, aucun infirmier n’est lauréat. Enfin, le CASVP souhaite-t-il réellement contribuer à l’évolution professionnelle de ses infirmiers ? Le doute n’est plus permis ! Que l’on ne vienne pas ensuite s’étonner de l’amertume et de la réelle démotivation des personnels des EHPAD !

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame la Directrice Générale, l’assurance de mes salutations distinguées.