: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris

lundi 23 janvier 2017

HALTE À LA PSYCHOLOGIE DE COMPTOIR ! DES EFFECTIFS, DES PRIMES, TOUT SIMPLEMENT…




Au CAS-VP, avant cette modernisation forcée des services publics, la souffrance au travail, le stress, le burn out, les angoisses, le harcèlement moral… n’étaient pas autant sous les projecteurs et identifiés comme tels. Cela ne veut pas dire qu’ils n’existaient pas mais pas à une aussi grande échelle. Aujourd’hui, ces maux ont pris une telle ampleur que partout des solutions sont prises mais sans grand résultat malheureusement.

La mairie de Paris a décidé d’accélérer la rénovation des services. De mutualiser les sections, les services, d’instaurer des plateformes, des pôles… Bref, de réunir en une seule entité ce qui se faisait autrefois en plusieurs parties.

« À FORCE DE TROP BIEN VOULOIR FAIRE LES CHOSES ON FINIT PAR TOUT DÉTRUIR » ?

Les agents du CAS-VP ont été mis devant le fait accompli. Cet aggiornamento  des services décidé au forceps, de façon martiale, sans pouvoir respirer, a commis ces premiers impairs.  Des cadences accélérées du jour au lendemain, des allers-retours dans les services via une polyvalence absolue, des missions qui ont doublé voire triplé… un contrôle débridé de leur travail , comment voulez-vous qu’à terme, les agents du CAS-VP ne soient pas confrontés à de réels troubles psycho-sociaux de toutes sortes… Il fallait y penser avant !
             
Pour toute réponse, pour tout remède, pout toute catharsis, un numéro de téléphone, au bout du fil, un anonyme, un dialogue sous le sceau de la confidentialité, se raconter, s’extraire un moment du milieu délétère du travail, débiter ses ennuis sous un flot de paroles désordonnées et pour quels résultats ? Est-ce la solution idoine pour régler tous ces problèmes ?

La modernisation des services publics du CAS-VP, avec son cortège de mutualisations, de fusions, de guichets uniques, d’organisation de travail modifié de fond en comble, a été déshonorée par la cruauté de ses applications.

Les fondamentaux dans la fonction publique qui ont fait leurs preuves depuis des décennies sont tout simplement des effectifs et des primes en adéquation avec les missions assignées. Ne pas comprendre cela, c’est s’exposer à des risques psycho-sociaux autrement plus graves que ceux que l’on identifie actuellement.

vendredi 20 janvier 2017

Personnels des SSP et des PSA: TOUS EN GREVE LE 26 JANVIER 2017 !




L'intersyndicale FO - CGT - SUPAP FSU - SUD - UNSA appelle à une mobilisation exceptionnelle
des agents des services sociaux (AA, SA, SMS, ASE et CSE)
Rassemblement le 26 janvier 2017
à partir de 12h00
devant l’Hôtel de Ville de Paris
Métro Hôtel de Ville

Face au CASVP et à la Mairie de Paris qui refusent de prendre la
mesure des problèmes vécus par les services sociaux, le jeudi 26
janvier, démontrons massivement notre détermination à gagner sur
nos revendications :

➤ pour la compensation intégrale de tous les temps partiels par des créations nettes d’emplois
pour une forte revalorisation de l’IFRSTS pour les ASE et les CSE à hauteur durégime indemnitaire des personnels administratifs de même catégorie. 
➤ pour une augmentation de 25% du montant de base de l’IEM comme c’est le cas dans les services sociaux d’Ile de France. ➤pour l’augmentation de la PFR des SMS à hauteur de celle de SA. 
➤ pour le relèvement de l’IAT et de la prime de rendement des AA. 
➤ pour l’allègement conséquent de la partie administrative des fonctions des services sociaux

Le prochain rendez-vous avec la Direction du CASVP et la DRH de la Ville sur les
régimes indemnitaires est fixé au 27 janvier….

IMPOSONS ENSEMBLE LE 26 JANVIER, L’OUVERTURE DEVRAIES NÉGOCIATIONS SUR NOS REVENDICATIONS

jeudi 19 janvier 2017

UN NOUVEAU CORPS : RÉDACTEUR FO S’ADRESSE À LA MAIRE DE PARIS




Madame la maire de Paris,

Le 11 janvier 2017, dans le cadre du dialogue social, une délégation Force ouvrière  a été reçue par la Directrice générale du CAS-VP. Au cours de la discussion, nous avons abordé nombre de sujets, entre autres, la fusion des secrétaires administratifs et des secrétaires médicaux et sociaux. Un terme et une phrase ont été lâchés «  Rédacteur et ce projet est à l’étude actuellement à la mairie de Paris ». Très vite, nous en avons conclu honnêtement qu’il s’agissait de la création d’un nouveau corps de rédacteur alliant les SA et SMS.

Le 16 janvier 2017, au même titre, une délégation FO a été reçue par la Sous-direction des interventions sociales qui a autorité sur les directrices et directeurs des 20 sections locales d'arrondissements. Nous avons de nouveau posé la question sur cette fusion et la SDIS a confirmé nos propos en y ajoutant aussi que ce « serait très bénéfique pour les SMS ».

Madame la maire de Paris, une mise au point est nécessaire dans la mesure où la Directrice générale a informé par mail les autres organisations syndicales du CAS-VP en démentant nous avoir donné cette information. FO campe sur ses positions et maintient sa version des faits. Comment pourrait-on utiliser ce mot-clé de Rédacteur si cela ne nous avait pas été suggéré involontairement, je le conçois.

Pour FO, la création de ce nouveau corps ex nihilo de rédacteur n’est pas infondée maintenant que l’on s’approprie ce terme et il s’inscrit parfaitement dans le nouveau statut de Paris qui sera entériné prochainement à l’Assemblée nationale qui tranche en dernier ressort.

Toutefois, un rappel historique des faits semble nécessaire.

De tous temps, la ville de Paris a été rebelle au pouvoir central et son statut de capitale l’a quelque peu différenciée des autres communes de France.

Cette marginalisation statutaire et juridique a pris fin via le statut du 31 décembre 1975 en instituant l’élection au suffrage universel du maire de Paris.

 En outre, en application de la loi du 2 mars 1982, le maire de Paris est l’exécutif de deux collectivités, la commune de Paris et le Département de Paris.

La réforme du statut de Paris implique trois grands objectifs :

-                     Dès le 1er janvier 2019, la fusion des deux collectivités, la commune et le département de Paris, en une seule collectivité à statut particulier et un seul budget,
-                     La création d’un nouveau secteur réunissant les quatre premiers arrondissements de la capitale,
-                     Dès le 1er janvier 2018, le transfert des agents de la préfecture de police, du contrôle du stationnement et de la gestion des fourrières… au sein de l’administration parisienne.   

Ainsi, la ville de Paris qui constituera une seule entité communale et dotée d’un budget unique s’alignera parfaitement sur les autres collectivités locales. C’est pourquoi, il est tout à fait plausible de créer un nouveau corps de rédacteur en lieu et place des SA et SMS, un corps qui existe déjà dans la fonction publique territoriale et dont sont issus les 50 000 fonctionnaires des administrations parisiennes.

Pour toutes ces raisons, j’ai l’honneur de vous demander si vous envisagez la création d’un nouveau corps de Rédacteur dont plus de 800 agents au CAS-VP sont concernés, en majorité au service du public et dans un contexte de mutualisations et de mise en place de guichets uniques.

En vous remerciant,

Je vous assure, Madame la maire de Paris, de ma parfaite considération.

mardi 17 janvier 2017

SECTIONS /SSP/EHPAD/PSA… UN NOUVEAU GRADE : RÉDACTEUR



Lors de nos deux rencontres avec la Directrice générale et la Sous-direction des interventions sociale (SDIS), FO a retenu une information capitale grâce notamment à nos nombreuses questions : la fusion prochaine du corps des secrétaires administratifs et des secrétaires médicales et sociales en un seul corps qui s’appellerait « RÉDACTEUR ». Il est vrai que ce grade existe déjà dans la fonction publique territoriale.



    Le nouveau corps ainsi dénommé « RÉDACTEUR » inclurait les deux corps existants SA et SMS assorti d’un régime indemnitaire identique. Ce projet est à l’étude et devrait prendre forme normalement en 2017 voire 2018 au plus tard .                

QUE SE CACHE T-IL DERRIÈRE CETTE NOUVEAUTÉ ?

Ce nouveau corps envisagé par la mairie de Paris et actuellement en discussion s’inscrit parfaitement dans les changements qui interviendront en 2017 : la fusion des 4 premiers arrondissements de la capitale sous l’égide d’un seul maire et la fusion de la mairie de Paris et le Département en une seule entité qui s’appellera : Ville de Paris.



Depuis 2011, le CAS-VP se transforme, se modifie, prend une nouvelle forme, un nouvel élan, balaie tout sur sa route. Bref, impose une nouvelle organisation  de travail. Autrement dit, les mutualisations des sections s’enchainent, 1/4 2/3 5/6 9/10 15/16 8/17 bientôt les 13/5 et 6/14.

Le projet de service des sections adossé à celui du Nouveau Paris Solidaire dans les SSP associent l’ensemble des agents autour de fonctions communes avec pour finalité le nouveau corps en germe : « RÉDACTEUR ».



QUE SOUHAITE LA MAIRIE DE PARIS ?

Les mutualisations des sections et le NPS constituent globalement « Un grand service social polyvalent généraliste de proximité ». Ces derniers ont pour ambition affichée d’intensifier le nombre d’usagers via des guichets uniques d’accueil et de faire connaître leurs droits. Pour ce faire, l’équation est simple : un personnel formé, des spécificités en voie de disparition, du travail collégial et, in fine, la constitution d’un agent polyvalent, interchangeable qui mémorisera l’ensemble du règlement municipal des aides sociales facultatives et les aides légales. Au total (40).



À ce titre, la mairie de Paris envisage la création d’un seul corps pour les SA et les SMS, le corps de « RÉDACTEUR » permettant ainsi de gommer les particularités de chacun afin que chaque agent du CASVP issu de la filière administrative soit doté du même bagage professionnel pouvant ainsi officier soit en sections, soit dans les SSP, les PSA, les EHPAD...



Enfin, en cas de mobilité, d’un service à un autre, les applications informatiques telles que PIAF, ISIS, ACTARUS, GEODES, ANTIGONE… seront apprises via une formation à tous les personnels administratifs  du CAS-VP avec pour terminaison un nouveau corps « RÉDACTEUR » POLYVALENT ET INTERCHANGEABLE.




POUR RÉSUMER, UN SEUL CORPS  « RÉDACTEUR » ASSOCIÉ AUX TRAVAILLEURS SOCIAUX AU SEIN D’UN MÊME GUICHET UNIQUE AU SERVICE DE l’USAGER OFFICIANT DANS DES OPEN SPACES. 

vendredi 13 janvier 2017

LE RIFSEEP AU CAS-VP LE 1ER JANVIER 2018




Le régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expérimentation et de l’engagement professionnel s’appelle en abrégé » LE RIFSEEP ». Ce nouveau régime indemnitaire doit se mettre en place le 1er janvier 2018 au CAS-VP.

DE QUOI S’AGIT-IL ?
Cette nouvelle indemnité unique doit remplacer la presque totalité des primes versées actuellement, c’est-à-dire, (IAT1, IAT2, IAT3, PR1, PR2, PR3, Indemnité communale, Primes de service, IFTS, IFRSTS, IEM, PFR, etc.).

LE RIFSEEP COMPORTE DEUX INDEMNITÉS
· La première s’intitule Indemnité de fonction de sujétion d’expertise (IFSE) et constitue l’indemnité principale versée mensuellement. Elle tend à valoriser l’exercice des fonctions.
·  La seconde s’intitule le Complément indemnité annuel (CIA) , facultative, elle permet de reconnaître spécifiquement l’engagement professionnel et la manière de servir.

COMMENTAIRE FO
-  On se dirige vers une individualisation du montant de cette prime, « le RIFSEEP. » Les montants s’effectueront en fonction du poste, du rendement, de la manière d’exécuter les missions, de la capacité à les remplir dans un minimum de temps...

-  Le projet de service des sections adossé à celui du Nouveau Paris Solidaire prennent à terme tout leur sens. Travailleurs sociaux et administratifs main dans la main, via le guichet unique d’accueil au service exclusif de l’usager et pour couronner le tout « le RIFSEEP » pour gratifier les plus méritants. Tout tombe à point à qui sait attendre pour la mairie de Paris et le CAS-VP !

-  Le 1er janvier 2018 n’est pas une date prise au hasard. Lorsque les deux projets (sections et NPS seront finalisés), le couperet tombera pour celles et ceux dont les rendements seront très en deçà des données exigées. Pour résumer, une individualisation à outrance des primes doublée à une cadence infernale au service du public.

Le RIFSEEP est à l’étude via une expérimentation dès 2017 à la direction des affaires culturelles de la ville de Paris (DAC). Les montants décidés en 2017 seront vraisemblablement ceux qui seront intégrés d’office dans le RIFSEEP dès le 1er janvier 2018. Un dossier à suivre avec la plus grande vigilance.