: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: LA RÉALITÉ SUR LE NOMBRE DE MISSIONS D’INTÉRIM

lundi 6 mars 2017

LA RÉALITÉ SUR LE NOMBRE DE MISSIONS D’INTÉRIM


EHPAD
INFIRMIÈR(E)S
(missions intérimaires)
AIDES-SOIGNANT(E)S
(missions intérimaires)
TOTAL
Jardin des plantes
23(missions intérimaires)
213 (missions intérimaires)
236
Julie Siegfried
2  
242
244
Furtado Heine
50
41
91
Anselme Payen
43
266
309
Huguette Valsecchi
44
139
183
Oasis
66
313
379
Hérold
44
141
185
Alquier Debrousse
93
1228
1321
Galignani
38
176
214
Arthur Groussier
105
396
501
Harmonie
73
186
259
Annie Girardot
24
225
249
Alice Prin
159
148
307
Cousin de Méricourt
21
631
652
François 1er
29
618
647
TOTAL
814
4 963
5 777
 
 
 
 

 

COMMENTAIRE FO

Un constat sans appel !

Afin de compenser le manque d’effectifs dans les 15 EHPAD, le CASVP doit sans arrêt faire appel à du personnel intérimaire dans l’ensemble de nos établissements. C’est la preuve évidente qu’il manque du personnel !

Pour cette raison,  un nouveau marché public a été publié afin de faire appel à une nouvelle agence d’intérim spécialisée à compter de septembre 2017. Le titulaire de ce marché devra remplacer à la demande des responsables d’établissement des infirmier(e)s, des aides-soignants(e)s et des préparateurs en pharmacie.

D’après nos calculs, le CASVP a dû débourser plus 1.200.000 HT pour l’année 2016.
Des enveloppes budgétaires annuelles allant de 40.000 € à près de 200.000 € par EHPAD tout en sachant que ces enveloppes ne suffisent pas à combler toute une année.

Malgré un sous-effectif chronique, le CASVP ne remplace pas les postes vacants et cerise sur le gâteau supprime des postes chaque année !

Sans aucun doute, le CASVP cherchera par tous les moyens à faire baisser le budget intérimaire, tant dénoncée par l’Agence Régionale de Santé de l’Ile-de-France qui est seule habilitée pour la création d’emplois dans la filière soignante en fonction de paramètres bien définis (grille AGIR, nombre de lits, taux de dépendance…).

 Dans les 15 EHPAD, force est de reconnaître que la pénurie d’effectifs est planifiée et orchestrée par le CASVP. Le CASVP connaît parfaitement la situation dans les EHPAD placés sous son autorité et ne prend aucune mesure pour alléger la souffrance au travail de tous ces agents qui, quotidiennement, assurent leurs fonctions « la peur au ventre ».

Le CASVP va prendre prétexte de cette grande souffrance et ce ras-le-bol des personnels pour instaurer un nouveau cycle de travail d’une journée de 9 heures par jour. Pour preuve : Le 1er mars 2017, au Comité technique présidé par Madame Dominique VERSINI, adjointe à la maire de Paris chargée de la solidarité et de la lutte contre les exclusions… la journée de 9h a été validée pour les agents des résidences services (SSIAD). Seuls les syndicats FO, CGT, UCP se sont prononcés clairement CONTRE ce nouveau cycle de travail. Malheureusement, le syndicat UNSA s’étant abstenue, les nouveaux horaires ont été adoptés.

Pour information : faute d’un vote CONTRE à l’unanimité des organisations syndicales le 1er mars 2017 au CT, le CASVP prendra prétexte de cet exemple pour proposer de nouveaux cycles de travail ayant pour but de supprimer les équipes du matin et de l’après-midi en créant une équipe de jour (ex : 9h par jour) avec des horaires glissant tout au long de la journée à l’instar de ce qui se fait déjà à l’AP HP.

 

POUR FO, CE NOUVEAU CYCLE DE TRAVAIL EN PRÉPARATION EST INADMISSIBLE.
LES PERSONNELS DES EHPAD DOIVENT PRENDRE LEUR AVENIR EN MAIN
ET REFUSER COÛTE QUE CÔUTE LA GRANDE ÉQUIPE.