: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: UN EHPAD DU CASVP SOUS LES FEUX DE LA RAMPE ! «DANS LES MOUROIRS DE LA RÉPUBLIQUE»

vendredi 22 janvier 2016

UN EHPAD DU CASVP SOUS LES FEUX DE LA RAMPE ! «DANS LES MOUROIRS DE LA RÉPUBLIQUE»




Le 13 janvier 2016, sur le HuffPost, un site du journal « le Monde » est publié un article sur le fonctionnement interne d’un EHPAD du CASVP intitulé « Dans les mouroirs de la République ». L’auteure de cet article est journaliste de profession et tutrice d’une résidente et, à cet effet, bombarde d’anathèmes les agents de cet établissement ou plutôt instaure un antagonisme entre eux.

Ainsi, selon « cette gentille dame », certains agents effectueraient correctement leurs missions et d’autres seraient en quelque sorte « des bourreaux ». Pure démagogie et accusations gratuites et extrêmement graves et disproportionnées.

 L’intéressée poursuit de sa vindicte et  invoque un manque de personnel (2 agents pour 19 résidents). Une réflexion de bon sens et proche de la réalité que la journaliste précise, entre autres, comme une des conséquences d’un dysfonctionnement, dysfonctionnement que FO dénonce depuis de très nombreuses années.

             LA PÉNURIE DE PERSONNEL, VOILÀ l’ENNEMI !

Madame la journaliste étale facilement sa peine de manière spontanée mais connait-elle véritablement la souffrance des personnels confrontés à un manque systématique d’effectifs et les refus d’entendre ne serait-ce qu’une seule fois de la part du CASVP la compréhension et la justification de leurs difficultés? Nous en doutons !


CET ARTICLE SUR LE MANQUE DE PERSONNEL

VA-T-IL ENFIN DESSILLER LES YEUX DU CASVP ?
                  
Que faut-il faire ? Que faut-il entreprendre ? Quels moyens et actions faut-ils employer pour que cesse cette situation intenable dans les EHPAD.

Une journaliste en quelques mots a fustigé l’irresponsabilité du CASVP via la dénonciation d’un manque de personnel confirmant ainsi nos revendications pérennes sur ce sujet précis. FO ne cautionne aucunement les accusations injustes envers les agents de ces établissements qui chaque jour œuvrent au bien-être et au confort des personnes âgées avec malheureusement les moyens très restrictifs mis à leur disposition par le CASVP et son âme damnée l’Agence régionale de Santé. 

Pour FO, le CASVP, sur les préconisations ou les injonctions de l’ARS qui après avoir visité en coup de vent les EHPAD et décerné des satisfecits, freine les dépenses à tout va et notamment sur le budget des soins qui a pour conséquence une diminution des postes d’aides-soignants et d’infirmiers. Qu’on ne s’étonne pas après que nos EHPAD soient épinglés férocement par des personnes totalement étrangères aux réelles missions des personnels de ces établissements.

Un fait que personne ne peut contester : les EHPAD du CASVP ne sont pas des entreprises privées, elles n’exportent pas, elles n’investissent pas, elles hébergent tout simplement des personnes âgées très dépendantes pour nombre d’entre elles et qui doivent recevoir toutes les prestations auxquelles elles peuvent prétendre. Pour cela, une seule solution et non des moindres : des effectifs, des effectifs, rien que des effectifs.       

TROP, C’EST TROP,

IL FAUT EN FINIR AVEC LA LOGIQUE COMPTABLE !

L’heure est grave ! La restriction budgétaire a occasionné d’énormes dégâts dont la fermeture de l’EHPAD « Le Cèdre Bleu » est l’un des jalons pouvant constituer à terme une chaine possible de fermetures en cascade. Hier Sarcelles, demain, BONDY, CACHAN….

LES EHPAD DU CASVP MEURENT D’UN DÉFICIT CHRONIQUE DE PERSONNEL



QUE CET ARTICLE ET NOTRE COMBAT PUISSENT ENFIN

ÊTRE PRIS EN COMPTE POUR QU’ENFIN

LES CHOSES BOUGENT !

FO intervient auprès de la directrice générale du CASVP pour demander réparation à la justice
pour la tenue de propos ignobles et abjects à l’encontre des personnels des EHPAD du CASVP


Madame la Directrice générale,

Les personnels des EHPAD du CASVP viennent de subir un affront, un outrage, des paroles malveillantes de la part d’une journaliste dans un article publié par un site du journal « le Monde » « Le HuffPost ».

 Les personnels des EHPAD du CASVP ont droit comme tout un chacun au respect de leur intégrité physique, à la dignité et à la considération de leurs missions qu’ils exercent avec dévouement dans un contexte de pénurie de personnel auprès d’une population fragile et en perte totale d’autonomie.

 Les personnels du CASVP ont été salis, humiliés, stigmatisés et diffamés par des propos ignominieux par une journaliste dont on voudrait que l’émotion passagère se caractérise plus volontiers par des mesures répondant efficacement aux difficultés que rencontrent les agents dont la très grande majorité reste très attachée à leur métier.

 Blessés, meurtris, jetés en pâture, les agents des EHPAD du CASVP demandent à juste titre réparation et notre organisation syndicale en profite pour vous soumettre quelques questions. Que compte faire le CASVP ? Doit-il saisir la justice ? Les agents peuvent-ils bénéficier de la protection fonctionnelle pour diffamation ?

 Le CASVP doit prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour assurer la défense de ses agents. Dans le cas contraire, le CASVP acterait son refus et « par là même » cautionnerait ces propos abjects et ignobles. Quant à notre organisation syndicale, elle prendrait toute ses responsabilités afin que le droit l’emporte sur la calomnie.

  Je vous assure, Madame la Directrice générale, de ma parfaite considération.