: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: LUTTE CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES FO ÉCRIT À LA MAIRE DE PARIS

mardi 25 novembre 2014

LUTTE CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES FO ÉCRIT À LA MAIRE DE PARIS

 Lettre ouverte à la Maire de Paris

Madame la Maire de Paris,



Ce mardi 25 novembre 2014,  nombre d’agents du CASVP arboreront  un ruban blanc pour exprimer leur protestation à l’égard de la violence faite aux femmes. 

Violence conjugale, violence politique, comme hier les trois sœurs dominicaines torturées, violées et assassinées, toute cette violence ne peut qu’être dénoncée  et suscitée la plus  forte réaction.



     Aussi, Cette mobilisation de toutes et de tous ne peut, et vous en conviendrez très certainement, souffrir d’une polémique stérile  concernant la sincérité des intentions des uns ou des autres.



  Militante Force ouvrière, et femme avant tout, je ne peux que partager, tout comme  mes camarades, cette indispensable lutte contre cette insupportable violence.


Pourtant, si cette lutte doit être l’affaire de tous et de toutes, il appartient à chacun  d’œuvrer avec les moyens disponibles. Les fonctionnaires, les usagers pourront porter ce ruban blanc.

Madame l’adjointe à la Maire, chargée, entre autres, de l’égalité hommes femmes, annonce, elle, la création d’un nouvel observatoire contre les violences faites aux femmes.

Madame La Maire de Paris,  et vous ne le contesterez probablement pas, si nous sommes tous responsables, nous n’avons pas les mêmes  responsabilités.
Ainsi,  Pour ce qui me concerne,  et au nom du syndicat Force  ouvrière, je  ne peux qu’être l’interprète de nombreux collègues du CASVP,  principalement d’assistantes sociales, qui m’ont contactée cette semaine au sujet de ces actions organisées  ce jour, dans toutes les sections du CASVP.



Que m’ont –elle  dit ?  Permettez- moi  de vous restituer, peut-être un peu crûment, leurs  amères observations suivantes : « c’est bien gentil d’organiser une journée alors qu’on galère pour trouver une structure en urgence pour les femmes battues, les structures spécialisées sont toujours  au complet, le  S.I.A.O n’en parlons même pas, dans tous les cas c’est souvent l’hôtel crasseux avec une possibilité d’en sortir et si la femme travaille … »


Madame La Maire, cette lutte contre les violences faites aux femmes, dont je ne doute en aucune façon qu’elle ne fasse pas partie de vos priorités, ne peut se résumer à une spectaculaire journée d’action.


Ainsi, toutes femmes violentées devraient pouvoir être rapidement accueillie au sein d’une structure adaptée. C’est loin d’être le cas aujourd’hui.

La création de structures municipales et départementales publiques nous apparait incontournable, même si  elle doit remettre en cause une logique économique comptable et purement libérale.



Je vous assure, Madame la Maire, de ma parfaite considération.

                                                                          La Secrétaire Adjoint
                                                                          Patricia PERRICHET
                                                                                                             


Madame Anne HIDALGO
Maire de Paris
Hôtel de Ville
75196 Paris RP