: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: LA LUTTE CONTRE L’ABSENTÉISME DOIT PASSER PAR L’AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL

lundi 15 septembre 2014

LA LUTTE CONTRE L’ABSENTÉISME DOIT PASSER PAR L’AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL




Dans le cadre du comité de suivi de la prévention et de la lutte contre l’absentéisme, les organisations syndicales ont été conviées ce jour par la direction générale du CASVP.
Le diagnostic étant établi, un plan d’action va être déployé.

Les chiffres sur l’absentéisme
1er trimestre 2014 : 6,28 % tous services confondus
1er trimestre 2014 : 9.80 % Plateformes SAAD (aides à domicile)
1er trimestre 2014 : 7,27 % EHPAD
1er trimestre 2014 : 6,57 % Sections
2ème trimestre 2014 : 7,10 % CHRS/CHU
2ème trimestre 2014 : 6,55 % PSA

Plan d’action proposé par le CASVP
-      Renforce la qualité du management (formations et coaching)
-      L’accompagnement des agents (mobilité, réorientation, reconversion),
-      Entretien de retour d’absence (mise en place depuis plusieurs années)

Constat :
Pour FO, lutter contre l’absentéisme doit commencer par un réel diagnostique des causes.
À l’origine d’un fort taux d’absentéisme 6,28 % au CASVP et près de 10% en particulier dans les SAAD (service d’aide et d’accompagnement à domicile) les raisons sont aussi diverses à savoir ; d’un manque de reconnaissance professionnelle, le vieillissement de la pyramide des âges, des perspectives d’évolution de carrières, du stress, d’une surcharge de travail, la suppression d’effectifs, de nouvelles exigences (polycompétence, fusion des services, les plateformes, travail du dimanche…)

Or, pour le CASVP, l’absentéisme constitue un manque à gagner en rappelant que les absences pour maladie ordinaire représentent l’équivalent de 23,5 postes à temps plein (sur la période du 1er semestre 2014). Seuls les comptes sont importants, les causes de cette absentéisme n’intéressent pas outre mesure notre administration. 

Pourtant, pour FO, la dégradation des conditions de travail génère une souffrance au travail et par conséquent des arrêts en congé de maladie. Mutualiser, fusionner, polyvalence absolue sont en quelque sorte les premiers motifs d’une augmentation des arrêts de travail. Demander plus de travail,  via un accueil d’un public exigeant et en constante croissance, des instructions de dossiers de plus en plus nombreux et difficiles, des incivilités quotidiennes sont des raisons sérieuses à prendre en compte concernant une hausse des congés de maladie.

Le CASVP nie cette réalité au nom d’une logique comptable et préfère dénoncer l’instant présent sans aucunement analyser le pourquoi de ces nombreux arrêts de travail successifs. Seules les statistiques font profession de foi et les autres raisons plus réelles émanant du terrain et du syndicat FO ne sont que billevesées.

Enfin, si le CASVP maintient la politique suivie de regroupement des services avec son corollaire la polycompétence, les congés de maladie en hausse continue risquent à court terme de passer au stade exponentiel. La balle est dans le camp du CASVP.  (Voir document en pièce jointe).