: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: EHPAD FO ATTIRE L'ATTENTION DE CONSEIL D'ADMINISTRATION DU CASVP (Conditions de travail, NBI...)

jeudi 28 août 2014

EHPAD FO ATTIRE L'ATTENTION DE CONSEIL D'ADMINISTRATION DU CASVP (Conditions de travail, NBI...)


LETTRE OUVERTE AUX MEMBRES DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU CASVP




Madame la Présidente,

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil d’Administration,



Le Centre National de l’Expertise Hospitalière (CNEH) effectuera, très prochainement, suivant un calendrier établi des enquêtes extérieures dans treize EHPAD gérés par le CASVP.

Après auditions des responsables de ces établissements, le Centre National de l’Expertise Hospitalière délivrera une accréditation à chaque EHPAD afin qu’il poursuive son activité.



Ce moment sera très probablement l’occasion pour le personnel soignant de rappeler à ces auditeurs que la qualité de prise en charge des résidents passe par la qualité de la vie au travail, soit la qualité des conditions de travail.



Aujourd’hui, dans sa grande majorité, les professionnels soignants sont en souffrance. La qualité de prise en charge de nos aînés est marquée par une succession de réformes gouvernementales (convergence tarifaire) et divers protocoles internes à notre administration dans un contexte économique très contraignant.

Ceci entraine des relations sociales tendues, voire conflictuelles et parfois un délitement des collectifs de travail.



La reconnaissance est absente à tous les étages hiérarchiques et le dialogue social se transforme davantage par des informations décidées par la direction générale que de réelles négociations. Le contenu du travail néglige les aspects relationnels dans les prises en charges des personnes âgées hébergées.

Le manque de temps, l’intensification du travail, conduisent à une réduction de la qualité et de la sécurité des soins.



Au CASVP, il n’y a plus besoin de réaliser des enquêtes pour tenter d’expliquer les mauvaises conditions de travail. Les chiffres sont connus et reconnus mais les pouvoirs publics, les Agences Régionales de Santé, le Gouvernement, regardent et laissent faire.

Pire, ils organisent la pénurie, la non qualité des soins et sont directement responsables des résultats dramatiques qui font parfois la une des journaux.



Ce sont bien souvent des problèmes d’organisation et de moyens, mais personne ne veut se pencher sérieusement sur les réponses qu’il conviendrait d’y apporter.



Force ouvrière a, à maintes reprises, soulevé les problèmes d’organisation du travail et des moyens, mais pas seulement. Pour exemple : nous revendiquons depuis plusieurs années le versement de la nouvelle bonification indiciaire  aux personnels soignants (aides soignants et infirmiers) au même titre que leurs homologues de l’AP/HP qui travaillent dans les mêmes conditions en service gériatrie. Sur ce point, nous vous demandons de bien vouloir porter le vœu d’une modification des conditions d’attribution de la nouvelle bonification indiciaire (NBI) afin d’y inscrire ces personnels. Un autre fait, le refus d’autoriser plus de trois semaines de repos consécutifs (en période estivale) pour des raisons de sous effectifs. Enfin, la différence de traitement du calcul des pensions de retraite entre les aides soignants de la fonction publique territoriale et ceux de la fonction publique hospitalière.



À cela, le CASVP, contraint par la convergence tarifaire, a dû restreindre au strict minimum les emplois des personnels au chevet des résidents.



Tous ces constats entraînent un épuisement professionnel et bien sûr un absentéisme qui bat chaque année de nouveaux records.



Pour que la démarche qualité en EHPAD ne reste pas un leurre sans moyens, notre organisation syndicale vous demande solennellement de bien vouloir prendre les mesures essentielles en interne au sein du Conseil d’Administration (NBI et la prise de quatre semaines de congés annuels) et au niveau régional (effectifs) et gouvernemental (pension de retraite) afin d’améliorer les conditions de vie de nos aînés et celles des personnels soignants.


Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les membres du conseil d’administration, l’expression de ma considération distinguée.