: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: EHPAD OU MOUROIR L’ARS DOIT CHOISIR !

vendredi 4 octobre 2013

EHPAD OU MOUROIR L’ARS DOIT CHOISIR !




 Lettre ouverte à Mme Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales et de la santé

Madame la Ministre,



       Je me permets d’attirer votre attention concernant les conditions d’hébergement des personnes âgées accueillies dans les quatorze Établissements d’hébergement pour personnes âgées du  Centre d’action sociale de la Ville de Paris



En effet, le degré de perte d’autonomie des résidents accueillis dans nos établissements s’accroit avec une augmentation sans précédent des GIR 1 et 2.


Le GIR moyen pondéré (GMP) traduisant le niveau de dépendance est en constante progressivité pour atteindre 752 alors que la moyenne nationale dans les autres EHPAD est de 691.


Concernant le PATHOS moyen pondéré qui indique les besoins de soins médicaux et techniques infirmiers est de 221 dans nos établissements contre une moyenne nationale de 175.


  Conséquence : une dégradation des conditions de travail des personnels soignants et hospitaliers dans nos EHPAD, dégradation consécutive uniquement à la convergence tarifaire.


 Résultat : les EHPAD du CASVP qui étaient des lieux de vie et d’animation se transforment peu à peu en des lieux de fin de vie.



Or, comme vous savez, la convergence tarifaire a été créée sous le gouvernement précédent et l’opposition d’alors était vent debout face à cette réforme qui remet de fond en comble les montants de remboursement a minima au titre de la dotation soins.



À cet égard, il est impératif de modifier les règles qui régissent la convergence tarifaire en conformité avec  la réalité. Autrement dit, l’application des ratios d’encadrement prévue par «le plan Solidarité grand âge» qui se traduit par un ratio de 1 soignant pour 1 résident pour les GIR 1 et un ratio de 0,84 pour les GIR 2.


Vous comprenez, très certainement, Madame la Ministre, qu’on ne peut plus accepter concomitamment des diminutions d’effectifs et l’accueil de personnes âgées très dépendantes.




Par voie de conséquence, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir prendre en compte nos revendications utiles et de bons sens afin que les EHPAD de France en général et du CASVP en particulier recouvrent leurs missions qui étaient les leurs : des lieux de vie, de convivialité et d’animation.


Je vous assure, Madame la Ministre, de ma parfaite considération.