: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: Quel EHPAD pour demain ?

vendredi 24 mai 2013

Quel EHPAD pour demain ?

D’ici 2017, les personnes âgées dépendantes devraient croître d’environ 130 000 personnes.


Selon les projections de l’INSEE, une personne sur trois aura plus de 60 ans en 2060, soit près de 24 millions de personnes. La part de la population âgée de 85 ans et plus progressera davantage pour atteindre 5,4 millions en 2060 contre 1,4 million en 2011.

Dans cette tranche d’âge le risque de grande vulnérabilité, de perte d’autonomie et de maladies s’accroît fortement.

Ce sont majoritairement ces personnes que l’on retrouve aujourd’hui en maisons de retraite médicalisées appelées établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) qu’ils soient publics ou privés.

Bien souvent, elles y sont admises en dernier recours ou dans l’urgence, face à l’impossibilité de rester chez elles. Bien souvent ces personnes présentent une ou plusieurs pathologies associées à la perte d’autonomie.

Aujourd’hui, on dénombre 7 500 structures accueillant 550 000 personnes âgées dépendantes.

Il faut également ajouter 34 000 personnes accueillies dans les unités de soins de longue durée (USLD).

Plus de la moitié, 54 % des places pour personnes âgées dépendantes sont dans des établissements publics, 28% dans des établissements privés à but non lucratif et 18% dans des établissements privés commerciaux.

Le vieillissement de la population nécessite d’accroître les capacités d’accueils et le nombre de professionnels (d’ores et déjà insuffisant pour faire face aux besoins).

En 2005, le Rapport du commissariat au plan intitulé : « prospective des besoins d’hébergement en établissement pour les personnes âgées dépendantes » indiquait « qu’entre 2005 et 2015, ce sont entre 343 000 et 385 000 postes qui seront à pourvoir». C’est dans ce contexte qu’une future loi sur la dépendance est annoncée début 2014.


Force Ouvrière réaffirme ses positions sur ce sujet éminemment sensible.

Pour FO, nul doute que la qualité d’accueil et de prises en charge par les structures (EHPAD, Foyers logements, SSIAD etc.) dépend étroitement des conditions de travail et d’exercice des professionnels qui y exercent.

Celles-ci sont liées à la question des effectifs (nombre et qualification) et face à une situation dégradée, leur renforcement est indispensable.

Dans bien des structures ces insuffisances ne permettent pas d’apporter des réponses satisfaisantes aux personnes accueillies, et leurs familles, au grand dam des personnels y exerçant.

Les besoins actuels auxquels il convient d’ajouter les besoins à venir nécessitent une politique ambitieuse, un renforcement de l’attractivité des professions liées à la prise en charge des personnes âgées.

La fédération FO des personnels des services publics et des services de santé a souhaité procéder à un état des lieux et donner la parole à celles et ceux qui exercent dans les structures accueillant les personnes âgées, pour traiter de la question «quel EHPAD pour demain ? ».

Cette conférence nationale a débattu ce jeudi 23 mai 2013 de quatre questions principales :

1. Les outils GIR, PATHOS et GMPS sensés définir les moyens adaptés aux différentes situations sont-ils pertinents ?
D’autant que nous assistons au gel du processus de conventionnement et à la  « convergence tarifaire » ?

2. Quelles pistes et initiatives peut-on initier pour améliorer et garantir un ratio d’encadrement susceptible de répondre aux besoins des personnes accueillies et prises en charge ?

3. Quelle est l’incidence sur la prise en compte des besoins de la nouvelle organisation issue de la loi HPST qui confie aux ARS la mise en œuvre de la logique « d’appel à projets » ?
Cette logique n’a-t-elle pas tendance à écarter les structures publiques et associatives ?

4. Quels sont les effets des différents plans fixant des objectifs de qualité en EHPAD (Plan Solidarité Grand Age et Plan Alzheimer) ?
Pour ce faire, plusieurs intervenants sont venus donner leur point de vue et échanger avec les syndicalistes et les professionnels de terrain qui ont composé le public de cette conférence nationale.


FO VOUS COMMUNIQUERA TRÈS PROCHAINEMENT UN ÉTAT DES LIEUX ET UN COMPTE RENDU DE SA CONFÉRENCE NATIONALE SUR CE SUJET