: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: SECTIONS / PSA/ CHRS TRISTE CONSTAT !

vendredi 24 mai 2013

SECTIONS / PSA/ CHRS TRISTE CONSTAT !

Chaque jour, les personnels des sections, des PSA et des CHRS sont confrontés à un flux massif d’usagers.


Que fait le CAS-VP ?
Il réduit de manière drastique le nombre de fonctionnaires. Pour preuve :
2004 : 5997 agents.
2011 : 5683 agents.

Une perte de 314 agents. (Chiffres du bilan social).

Nonobstant cette baisse importante, il est à noter que les régimes indemnitaires appelés plus communément compléments de rémunération n’augmentent pas, stagnent et pour nombre d’entre eux régressent. D’où des récriminations d’aucuns agents auprès de leur direction locale.

Le CAS-VP doit revoir sa copie.



On ne peut à la fois mutualiser, regrouper les services, accroître les aides facultatives, recevoir les usagers jusqu’à la dernière minute (16h59) et ne pas entendre les doléances et mécontentements des agents relayés très souvent par les directeurs locaux et notre organisation syndicale.

LA SITUATION DANS LES SERVICES EST
PRÉ-EXPLOSIVE !



Le syndicat Force ouvrière du CAS-VP a déjà à maintes reprises mis l’accent sur ces différents problèmes et notamment sur la réduction des effectifs.

À cet effet, FO a interpellé la Direction générale par plusieurs courriers et lors d’audiences pour que des mesures soient prises afin de mettre fin à ces dysfonctionnements ici ou là.

Face à ce constat reconnu par tous et aussi par les directions locales, le CAS-VP reste obstinément hermétique et continue de plus belle sur sa lancée en pérennisant sa politique d’austérité en matière d’effectifs.

 

LA COUPE EST PLEINE !



Aujourd’hui, les travailleurs sociaux ont manifesté leur mécontentement et seront sans doute en grève le 6 juin 2013 si le CAS-VP persiste dans son refus de dialoguer et d’écouter leurs revendications.

Demain, les agents du CAS-VP auront peut-être ce seul moyen mis à leur disposition pour faire cesser une activité professionnelle plus que débordante avec un effectif qui se réduit comme peau de chagrin.

Les avertissements pleuvent !
Un autre cap, une autre politique
doivent être prises par le CAS-VP.
Si rien n’est entrepris,
le pire est à venir !