: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: PARIS & MOI 2015 : FAUT-IL EN RIRE OU EN PLEURER ?

vendredi 13 novembre 2015

PARIS & MOI 2015 : FAUT-IL EN RIRE OU EN PLEURER ?



Nous devons remplir un questionnaire composé de 38 questions entre le 16 novembre et le 18 décembre 2015. Un mois de délai et 15 minutes pour répondre.

L’IFOP est l’organisme choisi par le CASVP à l’issue d’un appel d’offres parmi d’autres concurrents. Cet organisme remplira ses obligations et dressera un bilan en pourcentage de la totalité des questions posées.

QUE FAUT-IL EN PENSER ?
Les questions soumises aux agents portent parmi tant d’autres sur les conditions de travail, la motivation au travail, un avis sur le responsable direct, les objectifs, la rémunération…

À cet égard, il faut savoir que les réponses seront globales et ne permettront pas de répondre de manière suffisante à ces items individuels mais fermées et, de ce fait, intégrés dans un ensemble avec pour générique « l’organisation du travail » en occultant les questions autrement plus criantes que sont la rémunération et les conditions de travail.

Pour être plus clair et mieux comprendre les résultats de la consultation Paris § moi 2012 à laquelle ont participé  22 000 sur 50 000 agents de la ville de Paris, il faut les analyser. Aux 38 questions posées aux personnels de la ville de Paris, les trois items qui sont arrivés en tête sont les actions en faveur de la mobilité, l’égalité professionnelle ou la lutte contre la pénibilité au travail.

Pensez-vous que ces trois préoccupations sont de nature à répondre de manière exhaustive aux nombreuses difficultés que rencontrent les personnels dans le cadre de leur activité professionnelle. Où sont les réponses essentielles sur les conditions de travail, les missions assignées de plus en plus contraignantes, les objectifs et les résultats exigées sous peine d’une baisse du montant des primes, le harcèlement au travail, les pressions de la hiérarchie, la polyvalence décrétée comme la norme… bref, toutes ces questions primordiales et utiles sont occultées des réponses et a fortiori des pourcentages pour ne retenir que les poncifs « mobilité, égalité,  pénibilité » dont nous attendons encore les solutions. 

Pour FO, la consultation Paris § moi 2015 au CASVP et dont les questions sont subtiles et parfois en adéquation avec les problèmes et/ou difficultés des agents n’apportera malheureusement pas les réponses et les solutions qu’attendent avec impatience les personnels du CASVP.

Face à une modernisation de l’administration parisienne avec pour corollaire une baisse drastique des dépenses de fonctionnement (- 150 millions d’euros en 2016), il va sans dire que la mairie de Paris doit s’attendre à des mécontentements de plus en plus fréquents.

Freiner, anticiper voire étouffer cette colère rentrée bien compréhensible des agents via ce questionnaire ne peut qu’à terme accroître ce malentendu en passant par pertes et profits les questions essentielles : la souffrance au travail via la polyvalence, le manque patent d’effectif, les promotions, les primes au rabais…

 Enfin, cette consultation doit répondre au malaise des agents sinon un casus belli est à l’ordre du jour ces prochains mois.  Le 17 novembre 2015 dans le cadre du Nouveau Paris Solidaire, les travailleurs sociaux et les administratifs touchés de plein fouet par le transfert des SSDP DASES au CASVP se mettront en grève.  Ladite grève est une première étape qui sans conteste sera suivie par d’autres dans les prochains mois à moins que d’ici là la mairie de Paris et le CASVP décidément « hors sol » aient de nouveau « les pieds sur terre » s’agissant de la réalité du terrain vécue journellement par les agents. On ne peut à la fois soumettre un questionnaire sur les conditions de travail, rémunérations, souffrance au travail, entre autres et ne pas y répondre sauf sur des thèmes de moindre importance.