: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: FO INTERPELLE LA MAIRE DE PARIS SUR LE DEVENIR DU CASVP !

jeudi 11 septembre 2014

FO INTERPELLE LA MAIRE DE PARIS SUR LE DEVENIR DU CASVP !



Madame la maire de Paris,

Depuis 2011, le CASVP instaure une politique de regroupement des sections et des services. Cela se concrétise par une première phase qui comprend la mutualisation des 6 premières sections d’arrondissement 1/4 2/3 5/6 et une seconde phase depuis septembre 2014 qui se poursuit par les sections 9/10 et bientôt 8/16 et 7/15 qui sont prévues mais pas encore actées officiellement. Cela ne saurait tarder.

Conséquence : l’introduction d’une polycompétence intraservices, interservices et entre les sections, des tâches supplémentaires, une mémorisation de plus de trente aides facultatives et/ou légales et tout cela sans aucune compensation pécuniaire.

Comme vous le savez, la politique mise en place sous tous les gouvernements depuis quelques années est de diminuer de manière drastique le nombre de fonctionnaires.

À cet effet, une surprise de taille pour notre syndicat, nous attendions autre chose d’un gouvernement ou d’une grande mairie socialiste où la préservation d’un service public de qualité reste tout de même l’un des fondamentaux de son programme.

 Par ailleurs, votre prédécesseur a demandé à Madame Claire BRISSET, Médiatrice de la ville de Paris, récemment remplacée, de faire quelques propositions concernant la rationalisation du système des aides sociales entre le CASVP et la DASES.

                  Les suggestions de la Médiatrice de la ville de Paris sont au nombre de quatre en ce qui concerne le CASVP :


  • regrouper au sein des structures du CASVP toute l’action sociale de proximité. Autrement dit, mettre un terme à la polyvalence partagée et généraliser le système de délégation de la DASES vers le CASVP. Somme toute, accroître le développement de guichets uniques qui peut regrouper en un même endroit plusieurs services publics.
  • La création d’une « Maison de l’Action sociale » où seraient installés dans un même lieu l’accueil du public, son orientation et les principaux services sociaux.
  • instaurer un grand pôle social qui comprendrait plusieurs services publics (enfance, famille, personnes âgées). Bref, des open spaces dans chaque section dans laquelle les travailleurs sociaux et administratifs travailleraient de conserve en instruisant indifféremment des dossiers d’aides sociales facultatives et/ou d’aides légales. Pour bien accentuer sur cette nouvelle forme de travail en commun et de regroupement des services, les aides facultatives seraient ainsi dénommées «aides municipales».

Enfin, la politique de guichets uniques (travailleurs sociaux et administratifs exerçant leurs fonctions de concert sur un même lieu et territoire) pourrait à terme recouvrir une plus grande réforme préconisée par la Médiatrice à savoir la fusion DASES/CASVP sous la houlette d’un secrétaire général adjoint ou un délégué général.

À tous ces points évoqués, notre organisation syndicale souhaiterait connaître quelles sont les mesures proposées par la Médiatrice qui ont été retenues par la mairie de Paris.

Les missions du SSDP normalement dévolues à la DASES seront-elles à terme entièrement assurées par le CASVP. En clair, verra t-on la fin de la polyvalence  partagée ?
la fusion CASVP/DASES est-elle un projet concret ou un mythe ?
La mutualisation des sections va-t-elle se poursuivre ?
Le pôle social ou « Maison de l’Action sociale » c’est-à-dire le regroupement des services sociaux et administratifs sur un même lieu ou territoire est t-il en projet ?
Le développement de guichets uniques via la création d’open spaces sera-t-il mis en place et constituera t-il le nouveau schéma organisationnel ?
                       
Toutes ces questions revêtent une importance capitale. Les mutualisations, les fusions de services, les remplacements systématiques entre services et bientôt entre sections, un public exigeant et en croissance constante, des incivilités récurrentes, bref, tout cela, constituent le lot quotidien des personnels du CASVP.

Pour toutes ces raisons, j’ai l’honneur de vous demander, au nom de tous les fonctionnaires du CASVP, de bien vouloir nous apporter toutes les réponses à nos interrogations légitimes de surcroît que nous attendons avec la plus grande impatience.

Je vous assure, Madame la maire de Paris, de ma parfaite considération.