: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: LE CASVP SE DIRIGE T’-IL VERS UNE DIRECTION COMMUNE, ÉCONOMIES BUDGÉTAIRES OBLIGENT ?

mardi 6 mai 2014

LE CASVP SE DIRIGE T’-IL VERS UNE DIRECTION COMMUNE, ÉCONOMIES BUDGÉTAIRES OBLIGENT ?




1) Une direction commune CASVP et DASES est-elle possible dans le cadre d’une fusion des directions ?

2) La mise en place d’une « démarche qualité » dans les services publics, avec l’adoption d’une « Charte  Marianne » est-elle compatible avec des services de proximité au CASVP tout en reconnaissant que le public accueilli diffère grandement de celui des villes moyennes ?

  • Le nombre de collaborateurs de la nouvelle maire de Paris et de ses adjoints va être sensiblement diminué de 40 à 32.
  • Madame Anne Hidalgo compte aussi réduire le nombre de directions de la Ville de 27 à 20.

Une communication transmise le mardi 6 mai 2014 aux élus détaillera les directions concernées.

  • Le rapprochement des directions devrait être effectif à l’été. Dans une deuxième phase, une réduction du nombre de strates hiérarchiques devrait être mise en œuvre.
  •  L’expérimentation déjà effectuée à la direction des achats de la Ville a permis d’économiser 45 millions par an. Cette direction sera désormais fusionnée avec les finances.

 1) LE CASVP ET LA DASES SERONT T-ILS COMME PAR LE PASSÉ GÉRÉS PAR UN HAUT FONCTIONNAIRE ?
                 ENTRE 1991 ET 1995, LE CASVP ET LA DASES ÉTAIENT DIRIGÉS PAR UN DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL AUX AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES DE LA VILLE DE PARIS, MONSIEUR ANTOINE DURRLEMAN.
                   
 Les directions communes s’inscrivent dans un cadre de réductions drastiques des dépenses. Ces économies découlent du pacte de responsabilité pour lequel les collectivités territoriales doivent contribuer à hauteur de 10 milliards d’euros.

La mairie de Paris procèdera durant la nouvelle mandature à des fusions de directions en amont et des fusions de services en aval. Au dire de la maire de Paris, les organisations syndicales seront associées à cette nouvelle politique de rapprochement des directions et services lors d’un Comité technique paritaire central mi-mai et les orientations définitives seront prises le 19 mai 2014 au Conseil de Paris.

Au CASVP, les agents et les organisations syndicales qui œuvrent quotidiennement sur le terrain doivent être écoutés, entendus et leurs propositions prises en compte pour améliorer la qualité du service public parisien. Tout doit se faire par la négociation et la concertation et non par un passage en force dont on connait aujourd’hui les résultats décevants s’agissant du projet de service des sections.

2) Le projet de service des sections, c’est tout bonnement, un copier coller de la « Charte MARIANNE ». Somme toute,  le développement de guichets uniques. Cette Charte a été créée en juin 2004 et généralisée à toutes les administrations de l’État en janvier 2005 sous un gouvernement de droite avec pour ministre de l’intérieur, Dominique de Villepin.
Pour FO, la ville de Paris doit se singulariser vis à vis de l’Etat. Sa spécificité en tant que capitale et population, doit être pris en compte. Nulle par ailleurs, on délivre plus de 33 aides sociales facultatives. Le CASVP est particulier, atypique de surcroît, puisqu’il s’adresse à un public large (personnes isolées, personnes handicapées, familles…) en très grand nombre.
Généraliser les guichets uniques et son corollaire la polyvalence intégrale sans aucune concertation avec les syndicats, ce sont à terme des conflits en cascade et des arrêts de maladie permanents. La maire de Paris l’a très bien comprise, et c’est pour cette raison que le dialogue social est récurrent dans tous ses discours depuis son élection le 5 avril 2014.