: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: RECONVERSION PROFESSIONNELLE DE LOUABLES INTENTIONS…MAIS RIEN DE CONCRET !

mardi 28 janvier 2014

RECONVERSION PROFESSIONNELLE DE LOUABLES INTENTIONS…MAIS RIEN DE CONCRET !



Le  Lundi 27 janvier 2014, les organisations syndicales ont été reçues par la Direction générale concernant la nouvelle procédure de reconversion professionnelle.
                       
 Principes :
 Deux cas de figure.
1)   (en 2013) seuls les agents qui sont reconnus inaptes au travail peuvent prétendre à un reclassement professionnel. 
2)  (en 2014) les agents qui sont aptes à leur travail mais qui pour des raisons diverses souhaitent changer de métier peuvent aussi bénéficier d’une reconversion professionnelle.

A)    La procédure précédente (2013) ne concerne que le premier cas de figure et les résultats escomptés n’ont pas donné entière satisfaction. Les tests étaient inadaptés et les agents en reclassement professionnel issus en très grande majorité de la filière hospitalière n’ont pas tous intégré un nouveau métier, loin s’en faut, dans la filière administrative. 
B)     La procédure qui doit se mettre en place au premier trimestre 2014 a pour objectif de rectifier les errements du passé et permettre à nombre d’agents qui en font la demande, inaptes et aptes au travail, de pouvoir changer de métier.

La nouvelle procédure de reconversion professionnelle s’articule autour de trois entretiens, de nouveaux tests plus adaptés, d’un tutorat, et pour finir la possibilité d’augmenter le nombre d’agents concernés et demandeurs.
L’agent, seul acteur de la procédure, fait une demande de reconversion professionnelle. Qu’il soit reconnu inapte ou pas, il doit solliciter un rendez-vous via le bureau de gestion auquel il est rattaché. Sous un mois, il recevra une convocation et sera reçu par les agents des bureaux du service des ressources humaines, des concours, de la formation et des parcours professionnels, de la prévention et des risques professionnels.

1)  Lors de ce premier entretien, l’agent doit évoquer ses souhaits, son nouveau projet professionnel, le poste qu’il convoite… Ce rendez-vous fait l’objet d’un courrier écrit personnalisé et dans lequel des premières préconisations sont faites dans le cadre de son nouveau parcours professionnel. Un représentant syndical peut y participer à la seule et unique demande de l’agent. 
2)  Lors du deuxième entretien, les préconisations choisies peuvent se matérialiser par la réalisation d’un bilan de compétences dont la durée ne peut excéder trois mois, la réalisation d’une évaluation des capacités professionnelles de l’agent, l’orientation vers un nouvel emploi, l’invitation à se présenter à des tests d’évaluation… Lors de ce deuxième entretien, le représentant syndical est convié de fait 
3)      Lors du troisième entretien, la commission pour la reconversion professionnelle au vu des bilans, des tests et autres préconisations émet un avis positif ou défavorable. Dans le cas d’un avis positif, l’agent est affecté sur un emploi dans un autre corps et sera suivi tout au long d’une année par un tuteur qui sera formé et bénéficiera, à cet effet, d’un complément de rémunération dont la forme n’a pas encore été révélée. Le tuteur ne sera pas le responsable d’un service mais un agent  qui sera volontaire. À l’issue de son immersion (1 an) dans un nouveau corps attesté par un bilan favorable, l’agent intègre définitivement son nouveau corps via l’accueil en détachement.  Un représentant syndical est associé à ce processus de reconversion professionnelle.

COMMENTAIRE FO 
Notre organisation syndicale ne peut être contre la reconversion professionnelle pour les agents qui souhaitent changer de corps soit qu’ils sont reconnus inaptes au travail soit qu’ils désirent diversifier leurs missions. Or, la réalité sur le terrain est tout autre et les bonnes intentions louables de surcroît s’avèrent très souvent utopiques.  
Explications.

  • La grande majorité des agents qui souhaitent changer de métier sont issus de la filière hospitalière, agents sociaux et aides soignants en grand nombre et très peu d’infirmiers. Dans la filière administrative, quelques cas isolés ; des travailleurs sociaux qui intègrent le corps des secrétaires administratifs a minima.
  • Les agents qui seront intégrés dans un nouveau corps appartiendront en masse à la filière hospitalière, agent social et aide soignant de catégorie C seulement après un très grand parcours du combattant via le bilan de compétences, les tests et les auditions. De vrais professionnels en perspective pour des  postes auprès des usagers soit sur la plateforme téléphonique soit à la réception du public dans les sections dans le cadre d’une polyvalence intégrale. Le CASVP ne recrute plus, donc il procède aujourd’hui par des redéploiements, demain par la reconversion professionnelle.


Cerise sur le gâteau : la très grande majorité des agents sociaux et des aides soignants sera concernée par ces reconversions professionnelles mais seront-ils remplacés une fois intégrés dans un nouveau corps ? 
FO en doute notamment pour les aides soignants pour lesquels le CASVP ne possède aucunement la mainmise en matière de recrutement convergence tarifaire oblige. C’est la fameuse Agence Régionale de Santé qui est la seule habilitée s’agissant du recrutement  des aides soignants et connaissant leurs conditions plus que restrictives, les EHPAD en sous-effectif chronique risquent   de totalement sombrer. À méditer !             
Sur ces questions précises et interrogations ô combien d’actualité, le CASVP ne nous apporte aucune garantie. La reconversion professionnelle ne doit pas se faire au détriment des effectifs qui sont déjà sacrifiés sur l’autel de la polyvalence et des redéploiements.