: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: MAINTIEN DE L’APS (mensuelle) FO INTERPELLE LE MAIRE DE PARIS

mardi 17 décembre 2013

MAINTIEN DE L’APS (mensuelle) FO INTERPELLE LE MAIRE DE PARIS


 Lettre ouverte à Monsieur Bertrand Delanoë, Maire de Paris



Monsieur le Maire de Paris,



Près de 300 000 Parisiens sont devenus imposables au niveau national et, de ce fait, ne peuvent plus prétendre aux aides allouées par la Ville de Paris et le Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris.



Conséquence : nombre de Parisiens perdent leurs droits pour l’octroi de certaines prestations :


  • les aides au logement,
  • les tarifs municipaux,
  • les aides inhérentes à la carte Émeraude,
  • l’allocation pour le maintien à domicile d’un parent âgé,
  • les aides Paris énergie familles,
  •  les augmentations des loyers via les bailleurs sociaux.


À cet égard, pour les maintenir dans leurs droits, vous avez réagi de manière extrêmement énergique et pris de suite un paquet de mesures en faveur du pouvoir d’achat qui représente plus de 10 millions d’euros.



Par ailleurs, comme vous savez, le Gouvernement a décidé en accord avec les partenaires sociaux de procéder à une revalorisation des grilles indiciaires pour les agents de catégorie C, ce qui va permettre, au 1 février 2014, à un très grand nombre de fonctionnaires de la Ville de Paris et du CASVP de bénéficier de substantielles hausses de rémunération.



Toutefois, il est à noter un bémol. En effet, à ces augmentations pour lesquelles nous ne pouvons que souscrire, malheureusement, un autre inconvénient va intervenir semblable à celui qu’ont rencontré les Parisiens devenus entre-temps imposables et exclus de certaines prestations.



Ainsi, d’aucuns agents du CASVP qui sont actuellement en deçà de l’indice brut 340 vont via ladite revalorisation dépasser de justesse l’indice 340. 



Conséquence : ces derniers perdront le bénéfice de l’allocation prévoyance santé mensuelle de 20€, ce qui se traduira pour les années à venir par une perte de gain importante.

                       

 Face à ce constat, notre organisation syndicale se référant, à juste titre, sur un précédent d’actualité demande qu’à leur tour les agents bénéficient aussi d’un « bouclier social » à l’instar de ce qui a été fait pour les Parisiens permettant ainsi de pérenniser leur APS mensuelle.



  En vous remerciant,



  Je vous assure, Monsieur le Maire de Paris, de ma parfaite considération.