: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: LA MASSE SALARIALE AU CASVP

jeudi 13 juin 2013

LA MASSE SALARIALE AU CASVP

Dans un contexte budgétaire restreint, malgré un budget de 8.086 milliards d’euros, la ville de Paris et par conséquent le CASVP qui est subventionné à hauteur de 320 millions d’euros cherche par tous les moyens à réduire les frais de fonctionnement et à stabiliser le montant de la masse salariale du CAS-VP. (Somme de l’ensemble des salaires plus les charges et cotisations patronales).




Les frais de fonctionnement
FO constate un statu quo en matière de dépenses de fonctionnement (charges du personnel, paiement des primes…) et parallèlement une augmentation des dépenses d’investissement. En résumé, de beaux bâtiments en perspective sans aucun personnel à l’intérieur.



La masse salariale
Afin de stabiliser le montant de la masse salariale, le CASVP a en ligne de mire la réduction des postes budgétaires. Une nouvelle fois, après la non-revalorisation des salaires pendant 4 années (2010/ 2014), les agents du CASVP serviront de variable d’ajustement.


Dans les faits, ce sont 76 suppressions de postes : 6 postes dans la filière sociale, 35 postes dans la filière hospitalière et 37 postes dans la filière administrative.



Stabiliser la masse salariale le leitmotiv du CASVP
La mise en place de l’avancement d’échelon à durée minimale depuis le 1er janvier 2013 et le glissement vieillesse technicité (GVT) pèsent inévitablement sur le montant de la masse salariale.



Qu’est ce que le VGT ?
1. Le GVT positif correspond à l’augmentation de la rémunération individuelle d’un fonctionnaire qui découle :


- D’un avancement quasi-automatique sur la grille indiciaire (composante « Vieillesse ») ;
- D’un changement de grade ou de corps par le biais d’un concours ou d’une promotion au choix dans un corps ou grade (composante « Technicité ») contrôlé au CASVP par des ratios promus/promouvables.



2. Le GVT négatif (ou effet de noria) mesure le tassement de la masse salariale dû au départ d’une population dont le salaire est généralement supérieur à celui des agents nouvellement recrutés par voie de détachement (effet entrées/sorties).



Comment le CASVP essaye de stabiliser la masse salariale ?
Dans sa stratégie de projet de service de sections et de développement du réseau RH, le CASVP met en place :

- Un partenariat mobilité avec la ville de Paris et l’AP/HP qui a pour but d’accentuer le GVT négatif (effet de noria) et d’accueillir au CASVP des jeunes fonctionnaires moins rémunérés.

- Un projet de service de sections ayant pour objectif de mutualiser à terme l’ensemble des sections et en conséquence d’éliminer les doublons. En clair, deux agents qui exercent par exemple la fonction de caissier dans deux sections différentes. Au final, un seul agent pour assurer cette fonction pour deux sections et ainsi de suite pour les personnels qui effectuent des missions identiques. La réduction des effectifs au CAS-VP est consubstantielle à la mutualisation.




Notre analyse a été confortée par une lecture attentive du débat d’orientation budgétaire 2013 du CASVP. En effet, ce document fait état pour l’année en cours d’une même gestion drastique que les années antérieures. Maîtrise des dépenses, efficience et performance y sont les maitres mots.



Incompréhensible ! Ce même document précise « la crise profonde dans laquelle notre pays est plongé frappe avec plus de dureté encore les métropoles, et en particulier la capitale. »



Résultat des courses : un flux sans cesse grandissant d’usagers dans les établissements du CASVP et in fine une réduction de 74 emplois. Cherchez l’erreur !