: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: HALTE À LA PSYCHOLOGIE DE COMPTOIR ! DES EFFECTIFS, DES PRIMES, TOUT SIMPLEMENT…

lundi 23 janvier 2017

HALTE À LA PSYCHOLOGIE DE COMPTOIR ! DES EFFECTIFS, DES PRIMES, TOUT SIMPLEMENT…




Au CAS-VP, avant cette modernisation forcée des services publics, la souffrance au travail, le stress, le burn out, les angoisses, le harcèlement moral… n’étaient pas autant sous les projecteurs et identifiés comme tels. Cela ne veut pas dire qu’ils n’existaient pas mais pas à une aussi grande échelle. Aujourd’hui, ces maux ont pris une telle ampleur que partout des solutions sont prises mais sans grand résultat malheureusement.



La mairie de Paris a décidé d’accélérer la rénovation des services. De mutualiser les sections, les services, d’instaurer des plateformes, des pôles… Bref, de réunir en une seule entité ce qui se faisait autrefois en plusieurs parties.



« À FORCE DE TROP BIEN VOULOIR FAIRE LES CHOSES ON FINIT PAR TOUT DÉTRUIRE »



Les agents du CAS-VP ont été mis devant le fait accompli. Cet aggiornamento  des services décidé au forceps, de façon martiale, sans pouvoir respirer, a commis ces premiers impairs.  Des cadences accélérées du jour au lendemain, des allers-retours dans les services via une polyvalence absolue, des missions qui ont doublé voire triplé… un contrôle débridé de leur travail , comment voulez-vous qu’à terme, les agents du CAS-VP ne soient pas confrontés à de réels troubles psycho-sociaux de toutes sortes… Il fallait y penser avant !

             

Pour toute réponse, pour tout remède, pour toute catharsis, un numéro de téléphone, au bout du fil, un anonyme, un dialogue sous le sceau de la confidentialité, se raconter, s’extraire un moment du milieu délétère du travail, débiter ses ennuis sous un flot de paroles désordonnées et pour quels résultats ? Est-ce la solution idoine pour régler tous ces problèmes ?



La modernisation des services publics du CAS-VP, avec son cortège de mutualisations, de fusions, de guichets uniques, d’organisation de travail modifié de fond en comble, a été déshonorée par la cruauté de ses applications.



Les fondamentaux dans la fonction publique qui ont fait leurs preuves depuis des décennies sont tout simplement des effectifs et des primes en adéquation avec les missions assignées. Ne pas comprendre cela, c’est s’exposer à des risques psycho-sociaux autrement plus graves que ceux que l’on identifie actuellement.