: FO CASVP - Le syndicat des Personnels du Centre d'Action sociale de la Ville de Paris: Agressivités et incivilités FO interpelle Mme Anne HIDALGO

vendredi 6 janvier 2017

Agressivités et incivilités FO interpelle Mme Anne HIDALGO



Madame la maire de Paris,

Dans les sections locales d’arrondissement, force est de constater que les incivilités et les agressivités sont monnaie courante et en nette progression. Nombre d’agents sont victimes d’agressions, physiquement, verbalement, d’insultes, de menaces…

Vous comprendrez, Madame la Maire de Paris, que cette situation intenable, épouvantable de surcroît, ne peut en aucun cas se pérenniser. Des actions fortes doivent être prises immédiatement et se surajouter à celles déjà appliquées via le plan Vigipirate.

Tout d’abord, pour étayer notre argumentaire, il est utile de rappeler l’article L. 4121-1 du code du travail qui stipule que la ville de Paris et le Département de Paris doivent, en qualité d’employeurs, prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des agents.
                  
Ensuite, vous avez pris une décision importante le 16 mai 2014 via un courrier à Monsieur Emmanuel GREGOIRE, votre adjoint Chargé des ressources humaines, de porter une attention toute particulière sur les conditions de travail des agents, la prévention des risques psycho-sociaux et les questions de santé. Et pour finir sur les mesures que vous envisagez de prendre pour les agents de terrain confrontés à des incivilités.

 Sur ces nombreuses dispositions, notre organisation syndicale ne peut que se féliciter d’une telle feuille de route, innovante de surcroît et pour laquelle il est très difficile d’apporter la moindre contestation.

Toutefois, là où le bât blesse, c’est que les mesures ainsi édictées par écrit, concrètement, elles se font attendre avec impatience pour celles et ceux qui quotidiennement reçoivent le public. Un public difficile, exigeant et qui n’hésite pas quelque fois en cas d’un refus de leurs demandes de passer à l’acte. Bien évidemment, je ne saurai prendre plusieurs actes isolés pour une généralité. Mais tout de même !

Un exemple parmi tant d’autres. En 2016, à la section du 13ème arrondissement, nombre d’agents ont été agressés, violentés par des usagers. Pour seul remède à ces nombreuses incivilités, ces derniers ont bénéficié d’un soutien psychologique. Ainsi, pour résumer, la seule solution qui a été prise pour faire face à de telles agressions laisse toutefois pantois.

En outre, il va sans dire que cette section n’est pas la seule à être confrontée aux incivilités mais s’inscrit dans un ensemble où ici ou là ces nombreux problèmes de violence récurrents ne peuvent plus être éludés.

Le 3 janvier 2017, nos représentants du personnel ont interpellé la direction générale du CAS-VP au pré-CHSCT sur cette violence continue à la section du 13ème. Malheureusement, ce point important n’a pas reçu l’écho escompté et la sanction ne s’est pas fait attendre : ledit point ne sera pas inscrit à l’ordre du jour du prochain CHSCT. Ce qui paraît incroyable voire surréaliste surtout en regard des fait avérés et répétitifs.

Enfin, notre organisation syndicale et les personnels de la 13ème section demandent tout simplement, par mesure de soutien et de sécurité, la présence d’un agent de sécurité au cours de la pause méridienne ainsi que dans les autres sections si le besoin s’en fait sentir. 

En vous remerciant,

Je vous assure, Madame la maire de Paris, de ma parfaite considération.